Payoff_MaisonDegas_222_fr

Naples

Le vent du sud souffle vers la côte, entre ciel et mer, entre volcans mythiques, étendues de pins sur pentes douces et rues bondées. Il évoque l’ancien charme, toujours vivant d’une ville comme Naples. Ici, Nature et Culture, Paysage et Art, Histoire et Mythe sont dans une interaction toujours vivante. Ils déclinent une image ineffable où, comme inégalée, pièces d’une magnifique mosaïque, tous les éléments sont combinés les uns avec les autres : le feu d’une terre perpétuellement agitée qui redessine un paysage et sa ville où les formes baroques des portails en piperno et des volutes de stuc semblent traduire en pierre le changement des vagues de la mer. Et aux voyageurs de tous les temps, Naples, jamais fatiguée, continue de raconter son ancienne histoire, du mythe de napoliParthénope aux spectaculaires éruptions du Vésuve, de l’époque romaine à la culture byzantine dans un dialogue jamais interrompu entre Occident et Orient, des éclats des Angevin et d’Aragon à la longue présence espagnole jusqu’à la gloire des Bourbons célébrée dans les description du Grand Tour … une rêverie incessante, un passé continu encore palpable dans la culture actuelle.

Depuis que Naples est née de Parthénope, toutes les autres civilisations méditerranéennes ont imprégné cette ville comme aucune autre, elles l’ont laissée toujours profondément reconnaissable : les mythes, les splendeurs, les couleurs, les saveurs, la culture de la terre et de la mer dramatisés dans les rituels de la vie et de la mort. Il s’agit d’une terre de plusieurs contrastes, la nature est somptueuse et effrayante, les ciels sont éblouissants et foncés comme d’ impénétrables labyrinthes, cultura_jvg6y.T0 les panoramas sont sans limites, avec des paysages aérés de collines baignées par la mer, interrompus par des suggestions du mythe de Virgile entre grottes et profondes cavernes : Naples attire, évoque, raconte… « en approchant de Naples (…) nous étions vraiment dans un autre monde » comme Goethe a écrit quand il est arrivé dans la ville, que hier, comme aujourd’hui, celle-ci nous raconte avec passion son architecture, ses églises, ses palais, ses musées… mais aussi les couleurs des rues bondées de son peuple.









Campanie

Alta Irpinia
Les zones internes de la Campanie, la Baronie et l’Alta Irpinia, ont été, grâce à leur position au croisement des carrefours, des accès faciles entre les zones d’une importance considérable, comme la Campanie et les Pouilles, les zones relativement privilégiées de la production interne du Sud de l’Italie. Comme les découvertes archéologiques le montrent ; dans les domaines de l’enterrement préromain de Carife, Castel Baronia, Cairano, Conza, Morra de Santis et Bisaccia et dans le sanctuaire de la vallée d’Arisanto, depuis au moins le VII siècle a.j.c., l’économie ne devait plus être fondée uniquement sur l’élevage et l’agriculture, mais aussi sur les avantages qui dérivaient du contrôle de l’un des plus important sentier et des rues commerçantes de l’Etrurie tyrrhénienne à travers le Latium et la Campanie et des centres Étrusques et les Grecs de ces régions vers la Daunia, le Peucezia et les colonies grecques de la mer Ionienne. Cela a contribué, avec les revenus des mercenaires chez les Étrusques et le Grecs, à la création, depuis le sixième siècle a.j.c., d’une société articulée, avec des classes émergentes dont les capitales sont la preuve de la grande accumulation de luxe, en particulier par les navires de bronze, mais aussi l’acculturation progressive à travers l’introduction des coutumes grecques et les institutions juridiques. A ce stade ont commencé à être édifiés des bâtiments en pietrarame à Cairano et Casalbore ; à partir de cette période on peut trouver les origines des tombeaux de Carife et sur le territoire d’Ariano Irpino. Elles sont des témoignages éloquents des besoins de la défense pendant les guerres Samnites, comme les forteresses frontalières de l’Incoronata de Monteverde et Monte Oppido à Lioni. La conquête romaine impliquait la dépopulation partielle de la région, le dépeuplement en partie compensé par des déductions de colons à Benevento et Venosa, et a ouvert la voie à l’extension de la Via Appia en direction de Brindisi. Dans la même période les colons ligures arrivaient dans le nord de l’Irpinia.

Les cessions de terres promues par Tibère et Caius Gracchius, autour le 120 a.c., ont couvert les hautes vallées de Ofanto et de Calore et de la vallée supérieure de Ufita, où sont nés des fermages et un centre urbain d’une importance considérable comme Floccaglia di Falumire, qui a été détruit dans la phase finale de la répression de la révolte des membres Italiques contre Rome autour de 89 a.c. , ce qui a mis fin à l’indépendance des Samnites même au niveau culturel. L’équilibre des terres reste le même pendant toute la période de la Pax Romana, au cours de laquelle le réseau routier déjà créé, dont était compris, en plus de l’Appia, la rue Emilia, qui passait par Floccaglia, et la route du sentier entre Pescasseroli-Candela, a été ensuite renforcé avec la rue Traiana à la rue Aurelia Aeclanensis, dans la vallée de Flumarelle, vallée qui a formé la base de la production agricole pour le développement économique de la région. LA MEGA SALSICCIA DELL'ALTA IRPINIADans ce contexte historique, ici mentionné, le territoire de l’Irpinia offre un éventail de possibilités et d’opportunités particulièrement intéressantes afin de concevoir une stratégie en termes de tourisme culturel. La région de l’Alta Irpinia est une zone homogène et typique de la réalité socio-économique de la Campanie qui a gardé totalement les particularités historiques culturelles et le traditions ethnographiques spécifiques de la nourriture et du vin. ALTA IRPINIA Il s’agit d’un héritage sur lequel va être structuré et conçu un parcours, déjà tracé en partie, pour le développement économique durable qui fonde ses racines sur le potentiel inexploité de l’important patrimoine historique, environnementale, archéologique, architectural, muséal, ethnographique et gastronomique des « zones internes ». Il s’agit d’un chemin de déplacement, en pleine harmonie avec les outils et les objectifs de la mise en valeur des particularités, que peut offrir l’occasion de déterminer et de construire une offre articulée et originale de services touristiques et culturels

Sous le ciel le plus pur, le terrain le plus perfide. Ruines de l’opulence à peine crédible, sacrément triste. Les eaux bouillantes, le soufre, des grottes exhalants des vapeurs, des montagnes de déchets rebelles à chaque végétation, landes désertes et mélancoliques, mais pourtant une végétation luxuriante, qui s’insinue partout où il est seulement possible de s’élèver au-dessus de toutes les choses mortes sur le rivage, les lacs et les cours d’eau jusqu’à conquérir la plus superbe foret d’un cratère éteint. Ainsi, nous sommes en permanence en alternance entre les vicissitudes de la nature et l’histoire. « On voudrais méditer, mais nous n’en sommes pas capables ». Avec ces mots, Goethe, décrit l’hyperbole des champs flegrei insérés entre les suggestion de son fameux Voyage en Italie. Il s’agit d’une terre de phénomènes volcaniques spectaculaires, un paysage de cratères qui fument entre ciel et mer, une côte conçue par un bradyséisme implacable, des lacs dérivants de cratères submergés, une terre fertile et admirable, riche de sources d’eau salutaires… ces sont quelques-unes des raisons qui ont suggéré aux premiers colons grecques la dénomination « Campi Flegrei » – (champs qui brulent) pour cette région à l’ouest de Naples entre Posillipo et Cuma et qui s’étend sur la mer avec les îles de Nisida, Ischia et Procida. Ici, les anciens ont pris les croyances mythologiques de cette mer, en dramatisant les catastrophiques éruptions volcaniques, ils y ont placé les légendaires batailles de Jupiter contre les Titans Typhon (Ischia) et Mimante (Procida).

contre les Titans Typhon (Ischia) et Mimante (Procida).
Les infinies magies du paysage Flegreo ont exercé une grande fascination sur la ploutocratie romaine qui fixa ici les lieux électifs pour les Otia, et ont construit, surtout sur l’arc côtier, les somptueuses villas balnéaires ouvertes sur d’extraordinaires vues sur la mer. Simultanément Cuma a été dédiée au culte d’Apollon ; Miseno, riche en baies naturelles, est devenue la siège de la puissance navale de Rome pour le contrôle de la Méditerranée ; Pozzuoli avec son célèbre port, est devenue le plus grand centre commercial dans les routes méditerranéennes. Ainsi, le Campi Flegrei ont vécu une saison de prospérité, une saison destinée à une croissante célébrité qui durera bien au-delà des gloires romaines. Dépassant l’âge classique, dans une continuité entre l’ancien et le moderne, Pozzuoli, Baia et Cuma continuent d’inspirer la culture européenne tirée de l’image solaire de la géographie de Virgile: une culture expliquée par la contribution des artistes et des voyageurs de tous âges qui construisent un imaginaire des Campi Flegrei où l’histoire se mélange avec le mythe. Il s’agit d’un paysage avec mille séductions où entre passion archéologique et image littéraire, vous pouvez également déguster de délicieux produits locaux, en commençant par les vins renommés depuis l’époque romaine qui se réfèrent à une image de collines décorée de vignes épaisses qui descendent vers la côte.

Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, sous la domination espagnole, Caserta est devenue l’une des cinq principales villes de la région de la Campanie. A l’origine, la vaste plaine, traversée par la rivière Volture, avait été habitée par les Étrusques et le Samnites, puis colonisée par les Romains lorsque, selon l’historien Polybe, existaient déjà les villes les plus nobles de l’Italie, fédérées autour de l’ancienne Capoue (aujourd’hui S.Maria Capua Vetere). Le territoire a été conquis par les Lombards et les Normands, qui ont fondé Aversa, au Moyen-âge, L’ensemble de la province, qui s’étend des montagnes du Matese à la côte de la mer Domitienne, a été divisé en fiefs de contés et duchés. Caserta a été gouvernée par les comtes De Larath, qui, en l’année 871, vivaient sur l’ancienne zone fortifiée de la colline Virgo sur les montagnes Tifatini. . Là-haut, se trouvait la siège de l’évêque Galtino et les maisons des villageois, protégés par le château et la grande tour cylindrique construite par Frédéric II de Souabe. A l’aube du 21° siècle, ont surgis les premières banlieues (Casola, Sommana Pozzo Vetere), et différentes bâtiments de ferme, des contreforts et des vallées qui aujourd’hui sont des villages urbains. Pendant ce temps, dans la ville vallonnée, l’évêque Rainulfo avait fait construire la cathédrale romane, qui a ensuite été complétée par des formes arabo-musulmans. Il avait fait consolider la diocèse, qui pour éviter les invasions barbares avait restée là-haut jusqu’au XIX siècle. Par contre, en 1237, Don Diego De Larath a fait transféré la civitas dans le village de la plaine de la Tour, où la nouvelle maison du comte qui de simple forteresse, est devenue le palais du prince Acquaviva d’Aragon dans la seconde moitié du XVI siècle.
En 1752, l’État ducal est constitué de 26 villes et villages, que en plus des domaines de chasse, et agricols de Carditello, aux domaines boisés de San Leucio et San Silvestro, le compte Michelangelo Caetani de Sermoneta a été forcé de vendre pour payer ses dettes au roi Charles III de Bourbon. Puis, il a voulu faire construir un palais prestigieux, très représentatif et innovant,

, il a ainsi refusé le projet de Mario Gioffredo et, pour améliorer ses relations avec le pape Boniface VIII, il a confié la tâche à l’architecte de Naples, Luigi Vanvitelli. Les travaux du Palais ont duré 30 années, dont une moitié de l’immense chantier a été confiée à Pietro Bernasconi, et l’autre moitié à l’architecte Carlo Vanvitelli, qui a dirigé les travaux conçus par le père avec la collaboration de Marcello Fanton, Francesco Collencini et Giovanni Patturelli. L’œuvre de goût néoclassique, où cependant le style baroque est particulièrement évident dans le vestibule supérieure de l’escalier royale, présente des volumes – deux bâtiments d’usine qui se coupent à angle droit. Le Cilento, dont le nom dérive de cis Alentum (au dessus de l’Alento), a une extension totale de 3226,6 kilomètres carrés et 98 municipalités qui comprennent celle du Vallo di Diano. Le Cilento est caractérisé par d’importantes urgences culturelles, environnementales, paysagères, architecturales et artistiques. Ces situations d’urgence – expressions de complexes géographiques religieux et territoriaux – constituent un point de vue intéressant sur le quel, aujourd’hui, cas1, il est possible relancer des propositions et des idées. Ils sont des « signes » d’une culture qui a vu, au cours des siècles, l’arrivée de gens, les plus diversifiés, dans un mélange d’événements qui vivent ensemble dans une parfaite symbiose. La zone entière est comprise entre les deux bassins des rivières Lambro et Mingardo ; le paysage est varié et se caractérise par des villages habités qui sont accrochés sur les pentes des collines couvertes du Méditerranée et par des villages balnéairs situés dans les boucles de la côte. Les « lieux saints », comme les monastères, les ermitages, les abbayes, les colonies de grottes, s’opposent à des lieu du « quotidienne », comme les architectures rurales, les maisons de campagne et les fermes qui sont sur le territoire. Un binôme aux racines profondes et qui trouve origine dans l’histoire du territoire. Les basiliens sont arrivés, et, dans une grande dynamique ont évangélisé la région avec le culte des nouveaux saints de l’Est. Et parmi les signes qui ont construit l’identité sacrée du Cilento, ce sont les habitations rupestres qui sont encore plus évocatrices. Celle d’Olevano sur le Tusciano et S.Angelo à Fasanella, dédiées à S.Michele, ainsi que l’abbaye grecque de Pattano qui conserve une documentation iconographique d’un intérêt artistique considérable.

Une terre unique, en tant que paysage vivant, dont l’identité est donnée par l’exaltation de ses différences. Une surface que l’historiographie superficielle et raciste a mortifié comme « triste». une réalité avec une histoire noble et un art sublime de la plus célèbre Paestum, amalafede_scorcioVelia, Policastro, Roccagloriosa, Civitella et Novi Velia. Terre de mythes grecques et romains, le Cilento a inspiré les poètes, les chanteurs et les voyageurs. La nature sauvage et vivante dans les montagnes et dans les vallées, a encore ses côtes intactes de grottes et baies.

Ses montagnes sont affectées par des phénomènes karstiques et sont riches d’espèces végétales endémiques, les zones uniques d’une beauté naturelle et d’importance esthétique exceptionnelle, sont un aspect extraordinaire du territoire. Vivre le Cilento est une occasion unique, irremplaçable ; passer dans un monde solaire et mystérieux, typique des paysages méditerranéens, qui se reflètent dans chaque pouce de cette terre. 25072014_copersito-di-Torchiara_03 Une terre décrite dignement par Guido Piovene qui note : « sous Paestum démarre la partie la moins connue de la côte de la Campanie. Peut-être parce qu’encore secrète, elle m’est apparue la plus belle. Petites baies solitaires, récifs et rochers sur lesquelles descendent des pins et des oliviers, douces et primitives cultures : la nature est encore défendue par un retard archaïque.

Terres marquées par une longue histoire, à partir du passage d’Hannibal, le Sannio offre l’image d’un paysage où la nature et la sédimentation historique ont construit dans le temps l’image d’un lieu avec une identité forte. Un itinéraire idéal peut commencer à partir de Cerreto Sannita, ville urbaine reconstruite après le tremblement de terre de 1688 sur le projet de l’ingénieur royal G. B. Manni, puis peut continuer sur la route vers Cusano Mutri à travers la gorge délimitée par Monte Monaco di Gioia et Monte Cigno. Sur le pont Lavelle, il est possible d’observer comment la rivière Titerno, au cours des siècles, a formé de petits canyons. L’itinéraire se poursuit à la Cantina del Sannio, ainsi nommée parce qu’il s’agit des lieux de production des vins DOC de la Campanie : Solopaca, Aglianico, Falanghina et Solopaca, pour n’en citer que les plus célèbres.

A travers des paysages merveilleux, entre art, dégustations et traditions populaires, il est possible de continuer le long de la route vers S.Salvatore Telesino où l’on peut voir le parc de Grassano, puis le parc archéologique de Telesia avec de précieux vestiges de murs, ses portes urbaines et ses thermes. Une fois dans Faicchio l’itinéraire se poursuit avec une visite au pont de Fabio Massimo et au château ducal pour se conclure à Castelvenere où se trouve la « route des vins », avec une visite des anciennes caves construites dans le tuf. A proximité de Castelvenere, il est possible également de visiter les ateliers de céramiques artistiques de Cerreto où il est encore possible d’acheter des poteries de la tradition locale depuis le XVIIIe siècle.

La plus ancienne poésie a chanté la beauté comme consolation des hommes. La sagesse, qui s’éclaire de beauté et trouve une forte relation avec les forces de la nature, apprend le secret de l’équilibre et elle des monuments d’humanité où l’air, la terre, l’eau et le feu révèlent leurs pouvoirs élémentaires et les harmonisent avec les œuvres des hommes. C’est ça la leçon qui nous vient des terres vésuviennes où la montagne de feu, présence tangible de terres fertiles et force primordiale, est dame de destin. Le Vésuve a donné vie à Naples et, aux terres vésuviennes il a donné la possibilité de combiner force et beauté, pour donner aux philosophes et au scientifiques les outils de la sagesse et du progrès. Ces terres respirent entre le Vésuve et la mer, elles ont d’anciennes mémoires et sont célébrées dans le monde pour leurs ruines archéologiques et leurs belles architectures du XVIIIe siècle

Les beautés naturelles ont accueilli les plus grandes expressions de l’humanité qui créent, cultivent et rendent à la magnificence de la nature le chant de la poésie, la splendeur de l’imaginaire artistique et expriment dans les danses traditionnelles le goût de la civilisation. Il est passionnant de vivre en contact avec les forces primitives, avec les énergies vivantes de la nature et en même temps de préserver les mémoires de plus anciennes civilisation de la Mater Méditerranée. Dans les villes vésuviennes on peut toucher l’histoire ancienne surtout à Herculanum et Pompéi, on peut goûter les fruits traditionnelles d’une glorieuse industrie agro-alimentaire. Qui vient pour connaitre le passé, est impliqué dans une joyeuse tradition d’accueil. Il aura la joie de vivre dans une ambiance festive, avec des vins de grand prestige, il pourra apprécier l’habileté des artistes qui travaillent le corail. Les terres vésuviennes sont le visage le plus ancien de Naples et gardent une splendeur fière, sagesse et humanité découvre directement sur le place : il n’y a pas de mots pour les décrire.

Vins et gastronomie

Les contaminations entre les différentes et séculaires cultures sur le tables aristocratiques, sur les tables populaires. Sur la terre de Cavalcanti ,du Marquis de Tuf, de Crisci, de Corrado, des Stefanile eet beaucoup d’autres a mis forme, même littéraire, le concept de « civilisation de la table ».

Les animaux broutent, l’homme mange, que l’homme d’esprit sait manger.

A.B.Savarin, écrivain

Ecrivains, hommes de culture, poètes, journalistes, dans la seconde moitié du XX° siècle (1963), afin de communiquer, divulguer le vaste patrimoine culturel que sous-tend la nourriture et les recettes de Naples et de la Campanie a été fondé « l’ordre du gras Pignato » (Adriano Falvo, Enzo Fiore, Salvatore Gaetani, Tommaso Leonetti, Mario Mastrolilli, Stanislao Pagliari, Vincenzo M.Palmieri, Luigi Giarrusso). Cet ordre retrouve ses origines dans la légendaire soupe mariée (grosse et cuite dans le pignato) préparée sous diverses formes et à différentes époques dans toute la région.

Aujourd’hui la soupe mariée est de nouveau en vogue dans les familles attachées à la tradition et dans beaucoup de restaurants et tavernes de la Campanie, notamment dans les terres, où il est plus facile de trouver les ingrédients adaptés pour cuisiner ce plat accueillant, bon et savoureux, presque emblème de l’œstrus d’un peuple qui de petites et humbles choses, de légumes et garnitures communes, il arrive à composer une symphonie de saveurs, une harmonie d’odeurs, presque comme un rituel de l’unité domestique.

Margherita Volpi, écrivaine

Le plat nécessite un généreux rouge (on parle de Vin !) : un SOLOPACA, un LETTERE, le VESUVIO, le FALERNO, le TRAMONTI, le TAURASI ,l’AGLIANICO del TABURNO, le GUARDIOLO, le PALLAGRELLO, en bref, un des nombreux rouges produits en Campanie. Goût et olfaction mettent la couronne à la « pastiera » comme reine de la Pâques (mais pas seulement).

PASTIERAIl s’agit d’un gâteau délicat et riche, fait de pâte feuilletée farcie avec du blé bouilli dans du lait, de la cannelle et du sucre, de la ricotta fraîche de mouton et des œufs, des fruits confits et, si l’on veut, du chocolat. Le tout parfumé à l’eau de fleur d’oranger.

Il ne faut pas oublier de boire un coup de liqueur aux quatre agrumes ou aux herbes de Montevergine ou de Strega, ou, si vous préférez, de Nocillo.

Settimia Cicinnati, écrivaine

Vittorio Gleijeses, auteur d’essais liés à des lieux, traditions et personnages de l’histoire de Naples et de l’Italie du Sud, nous rappelle qu’au printemps, avec

l’éveil de la nature s’est enrichie par de produits frais, en particulier des légumes, et s’assaisonné d’aromes ( céleri, romarin, persil, basilic, menthe et origan) qui, utilisés avec largeur, donnent saveur et plaisir aux aliments les plus simples et modestes.

Herbes et aromes des collines, mais aussi herbes raffinées que les animaux et les mains habilesmozzarella des hommes ont transmis depuis des milliers d’années l’art du fromage : une infinité des aromes, herbes, soupes, pâtes, et… 276508 … produits laitiers, vins blancs et rouges sont de couleurs, de nuances et de plénitudes de rare valeur. Un bon plat de pâtes, bien assaisonné, est une poésie – on disait dans les chroniques de l’époque! 276508 Oh oui… de cette nourriture , dans les différentes époques, poètes, écrivains, musiciens (il y a des hilarantes anecdotes de Rossini et les pâtes) ils ont parlé.. 276508Et encore les « maccheroni » qui ont donné lieu au genre littéraire de la poésie maccheronica : un mélange de culture raffinée, populaire, qui s’affirmait à la fois en latin encore en usage à l’époque, mais à la fois de l’italien poli.pizzaAaA

La pizza … l’œil le regard charmé par une débauche de couleurs avec des nuances doux et fortes. On peut en ressentir le parfum qui, dés que elle sort du four, (strictement au bois), saisit l’environnement, et se répand le léger crépitement de la pâte entendu par une oreille attentive.
Même la reine l’a choisi comme plat royal… qui ? mais la reine Margherita qui par hasard a été attirée au restaurant de Don Raffaele : une rencontre entre deux reines… c’était en 1889 !

Booking online by Hotel.BB